Causer pour donner de la voix

August 8, 2019

 

Aujourd’hui, 4 de nos membres à savoir Zoé, Raphaëlle, Guillaume et Hugo se sont rendus à Posadas pour une réunion quadripartite avec Voz de Mujer, Coser Esperanza et Fortalecer. L’occasion d’enfin tous se rencontrer pour parler de ce projet destiné à l’émancipation de femmes notamment victimes de violences conjugales.

 

Avant de commencer, l’heure est au rappel des faits. Voz de Mujer est un projet d’accueil de femmes (en majorité) victimes de violences conjugales. Le but est de créer des espaces de discussion sur ces thématiques (violences conjugales, sexualité…). Le projet a été mis en place pendant 6 mois l’année dernière (dernier semestre 2018) et a connu un succès important. De l’autre côté, Coser Esperanza est un projet réfléchi depuis plusieurs années qui consiste en l’animation d’ateliers de couture à destination de femmes volontaires afin qu’elles deviennent indépendantes et à terme capables d’obtenir leurs propres revenus. En dépit de la motivation et de l’engagement fort de Lourdes, responsable du projet, il n’a jamais connu de réalisations concrètes. Il est chaque année ressorti du placard, et, malgré une étude détaillée des coûts, il ne voit jamais le jour. En attendant, Lourdes anime quand même des ateliers de couture à l’école plusieurs soirs par semaine. Enfin, Fortalecer ont eux participé au projet Coser Esperanza en prêtant des machines à coudre et parfois des locaux. Natalia (de Fortalecer) joue également un rôle clé car c’est notamment elle qui monte les dossiers de demandes de subventions.

 

C’est l’an dernier que le rapprochement entre les deux projets est venu sur la table. En effet, il y a une logique derrière cela,  qui est celle de créer une dynamique de groupe et d’aider les femmes (majoritaires, mais les hommes sont les bienvenus et leur participation répond même à une logique de renversement des mentalités) à s’émanciper. Cela permet l’empowerment des femmes victimes de violences conjugales, le projet a donc une double vocation sociale et économique. 

 

Très à l’écoute et enjouées de notre présence, Lourdes et Mercedes, respectivement responsables de Coser Esperanza et Voz de Mujer sont revenues en détail sur le projet et ont répondu à toutes nos questions, nombreuses. Ce rendez-vous a été organisé pour cela, afin que nous voyions clair sur le sujet et puissions par la suite proposer des aides et solutions pertinentes. 

 

Concrètement, il s’agirait d’alterner à raison de 6h par mois pendant 6 mois espaces de discussion et ateliers pratiques, pour qu’à terme les femmes soient autonomes et indépendantes. Ainsi, elles seraient en mesure de vendre leur production, et cet argent serait uniquement pour elles, le tout en comptant sur une dynamique de groupe créée à travers les ateliers de Voz de Mujer (ateliers d’échange). 

 

Le but est de créer quelque chose de continu dans le temps, et c’est justement sur cette problématique que nous réfléchissons, le gros du problème étant le financement : étant donné que les recettes de la production des femmes nouvellement entrepreneuses leur est destinée, le projet en lui-même ne rapporte pas d’argent. C’est surtout au niveau matériel que le bât blesse (le lieu n’est pas problématique, une école prête ses locaux). En effet, Lourdes a besoin de machines à coudre mais également de matériaux (fil, laine, couleurs…). Ils ont actuellement 4 machines : celle de Lourdes, celle de l’école, et deux prêtées par Fortalecer. Il faudrait par exemple trouver des personnes pouvant apporter leur propre machine, car il est impossible de se les faire prêter par quelqu’un d’extérieur (peur qu’elle s’abîme avec les débutant.e.s) tout comme de les louer (cela n’existe pas). 

 

L’importance des enjeux sociaux dont il est question et la perspective d’un projet au fort succès (Lourdes compte environ 80 inscrits à ses ateliers) nous motivent plus que tout à venir en aide à ces personnes formidables que sont Lourdes, Mercedes et Natalia, qui donnent énormément de leur temps et de leur coeur. Nous réfléchissons d’ores-et-déjà à comment financer ou rentabiliser le matériel et à comment rendre pérenne le projet. L’an passé, le financement résidait intégralement en une subvention de l’Etat, le projet n’ayant pas pu en obtenir de la province ni même de la ville. 

 

Bien déterminés à ce que ce projet de fusion voit le jour, nos 4 EDIs rencontreront de nouveau ces personnes la semaine prochaine afin d’aborder plus en détail ces problématiques mais également afin d’assister à l’un des cours de Lourdes dans l’école et de pouvoir échanger avec les personnes y assistant ainsi qu’avec la direction de l’école. 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents

August 20, 2019

August 14, 2019

Please reload

Archives
Please reload

© 2017 by EDI Argentine Proudly created with Wix.com

Nous contacter :

Nous trouver :

1 Avenue Bernard Hirsch, 95000 Cergy, France

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now